Manuhin MR 73

Le célèbre revolver Manurhin MR 73 est un revolver français à simple et double action fabriqué a partir de 1973 en Alsace et plus précisément à Mulhouse.

C'est à cette époque le premier revolver construit en France depuis le revolver modèle 1892 en 8 mm.

Le Manurhin MR73 à été développée pour répondre au marché de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale française afin d'équiper les unités spéciales. Créé par Gilbert Maillard, alors ingénieur chez Manurhin il traversera l'histoire des forces de polices et de gendarmerie pour aujourd'hui faire le plaisir des tireurs sportifs.



C'est dans les années 1970 que l'état pense à se doter d'armes de poing fiables à 100% afin d'équiper les forces de l'ordre et plus précisément les forces d'interventions rapides.

Il existe alors sur le marché des armes semi-automatiques mais qui n'ont pas la fiabilité demandé. Ces armes souffrent en effet parfois de problème de fonctionnement dans le réarmement automatique et le chambrage de la munition.

De plus ces armes semi-automatiques ne sont disponible qu'en calibre 9x19 pas assez puissant pour neutraliser a coup sur une personne et en 45 ACP certes puissant mais trop lourd pour un tir précis à plus de vingt mètres.

C'est alors que le choix se porte sur le 357 magnum, projectile de 9mn mais avec une vitesse et un pouvoir d'arrêt considérable ainsi que sur l'arme capable de porter ce calibre.

Le Manurhin MR73 est alors sélectionné car fabriqué en France, il allie sécurité, fiabilité et performance et en fait l'arme idéale portative.

D'une mécanique générale et d'un encombrement très proches du Smith & Wesson Model 19, le MR 73 bénéficie de composants très robustes : l'acier constituant la carcasse du MR 73 et le barillet proviennent de la firme Aubert et Duval.

Selon le constructeur, les chambres d'un MR 73 peuvent théoriquement accepter une surcharge jusqu'à deux fois supérieure à leur munition. Les rayures et la finition du canon sont obtenues par martelage à froid ce qui en fait le meilleur canon du marché en précision et robustesse.

Pour preuve la gendarmerie utilisera un Manurhin MR73 avec un canon de 8 pouces sur une arme munie d'un bi-pied et d'une lunette pour les tirs à très longue distance.

En ce qui concerne la mécanique, le fonctionnement en double action est fluide et continu et ne présente aucune aspérité, ni points durs grâce au montage sur galets du système de rappel de détente et la finition des pièces réduisant les frictions.

Selon des documents de l'armurerie de la Gendarmerie mobile de Maisons-Alfort, de nombreux MR 73 du GIGN auraient tiré plus de 150 000 cartouches, seule leur vis de poignée ayant été changée.

Toutefois, afin d'économiser l'arme, les articulations et les finances, les munitions utilisées étaient des .38 Special beaucoup moins chères et moins puissantes que les .357 Magnum.

Une autre particularité du MR73 est le choix d'un canon dit « serré » : quand les revolvers Colt, Ruger et Smith& Wesson chambrés en 38/357 ont un diamètre de canon de 0,357 pouces, celui du MR73 est calibré à 0,355 pouces.

De fait, Manurhin a produit à destination de la police nationale une petite série de barillets optionnels spécifiques permettant de tirer des cartouches de 9x19 mm Parabellum dans des MR73 pour l'entraînement des effectifs, la munition de 9 mm étant moins onéreuse et plus maniable que le .38 habituellement employé.

Beaucoup de ces barillets ont été revendus sur le marché civil après que les revolvers ont été réformés dans les forces de l'ordre et sont très recherchés par les tireurs sportifs et collectionneurs.

Cependant leur rareté et la demande est telle que le prix sur le marché de l'occasion d'un barillet 9x19 seul atteint facilement le prix d'un MR73 complet en bon état.

Depuis que la fabrication des MR73 est passée de Manurhin à Chapuis à Saint Bonnet le château à coté de Saint Etienne, capitale Française de l'armement, il existe au sein de la communauté des tireurs sportifs et des collectionneurs d'armes une divergence d'opinion sur la qualité des armes produites par les deux entités, sujette à de nombreux débats.

D'un côté de nombreux puristes défendent la thèse d'une baisse de qualité globale de la fabrication des armes depuis qu'elles sont produites par Chapuis, arguant une baisse de la précision, de la finition, de l'emploi de matériaux de moins bonne qualité, le but étant souvent de justifier la cote montante à la collection de l'arme dans un but spéculatif.

De l'autre côté, les défenseurs de la génération Chapuis défendent une précision et une qualité globale équivalentes, les seules différences flagrantes entre les deux armes étant la finition glacée miroir des armes Chapuis (facilement identifiable par rapport au bronzage légèrement satiné des armes fabriquées à Mulhouse), ainsi que le numéro de série frappé pour les anciens et gravé au laser pour les nouveaux. Cependant la différence de cote entre les MR73 récents mais chers et ceux plus anciens mais plus rares n'est pas significative, et les prix descendent rarement sous les 800 € quelle que soit le millésime.



La côte de l'occasion reste élevée mais aussi abordable alors rendez sur www.armoccase.com le site des professionnels de l'armurerie et faites de bonnes affaires.



Laurent Ferriol Armoccase.com

Annonce enregistrée

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation des Cookies. Voir détails